Coucher avec un mec : comment ne pas devenir lamentable après.

Ca y est ! Tu l’as fait. Tu viens enfin de passer la nuit avec ce mec.
C’était bien, voire carrément génial, et tu es maintenant sur le chemin du retour qui sépare le lieu du crime de ton point B. Tu n’as évidemment pas réussi à fermer l’œil de la nuit car, post-coït, ton ventre a décidé de se transformer en sèche linge dans lequel tu aurais mis tes chaussures (et des cailloux). Lui évidemment ronfle illico, te laissant seule avec ton ventre qui gargouille et ses tics nocturnes.

giphy

Comme c’était plutôt bien, ton corps libère des hormones positives qui ont la merveilleuse mission de persuader ton cœur qu’il peut ressentir des choses. ERREUR, car ta tête elle, se bat depuis des années pour le convaincre du contraire. Toute la nuit donc, ces hormones du bonheur te grignotent, lentement mais sûrement. Petit à petit, tu commences à apprécier le rythme de sa respiration, la texture de sa peau et même son haleine au réveil.
Après un rapide petit déjeuner, vous vous séparez par un modeste baiser qui veut dire « je ne sais pas trop où ça va nous mener mais je suis polie et souhaite te dire que j’ai passé un bon moment » même si, avouons-le, la grippe hormonale de cette nuit t’as déjà conduite au stade des prénoms de vos futurs enfants.

ET APRES ?

Tu es donc sur le chemin du retour, une odeur de gel douche de garçon se dégage de ta peau, le sourire un peu fier du « HEY LES GARS J’AI BAISÉ » en coin de bouche et tes écouteurs sur les oreilles, tu valides l’écoute de ta playlist LOVE, composée essentiellement de Ben Harper, Piers Faccini…! Comme tu vis dans un film, il se met à pleuvoir, et tu regardes tomber la pluie en la suivant du bout des doigts, repensant avec nostalgie à chaque parole, chaque geste de ton futur époux.

giphy-2
Tu écris également son nom dans les marges de tes feuilles et as même déjà créé un album Pinterest de mariage à vos initiales. Tu préviens toutes tes copines par sms, racontant le moindre détail que tu as soigneusement analysé en ta faveur « Il m’a embrassé dans le cou ! On est d’accord il est amoureux ? ». Les plus courageuses d’entres-elles auront accepté de venir partager un café avec toi pour t’entendre parler exclusivement de lui, de vous, de votre géniale complicité et de la folle relation qui vous attend.

QUE FAIRE?

Mais parce que la nature est bien faite, cette période de flottement ne dure (normalement) jamais très longtemps. Ton amour propre, qui venait de quitter ton corps, en trouve le chemin retour et, te voyant en position fœtale, fredonnant du Céline Dion en surveillant ses heures de connexion, il, enfin tes copines honnêtes, se décident d’agir.
Elles commencent par te faire prendre une douche en abandonnant l’idée d’acheter le même savon que lui pour faire perdurer le souvenir mais t’imposent également de prendre du recul. Vous avez couché ensemble il y a 3h, pas de quoi paniquer s’il ne prend pas de tes nouvelles même si tu as pu mourir environ 8 fois (dont 2 parce qu’il ne partage pas tes sentiments). Elles te livrent également un merveilleux conseil pour réussir à la jouer « mec détaché » : te focaliser sur ses défauts !

Problème : à tes yeux il n’en a aucun (putain d’hormones). Le mec c’est Dorian Gray (sans le tableau) : il est toujours beau (même quand il baille), il est toujours drôle (même quand ses jeux de mots sont nazes), toutes ses passions te passionnent (car il est beau, je t’ai dit qu’il est beau?). Tu vas donc épier son Facebook à la recherche de failles pouvant te dégoûter un peu. Là… miracle ! Tu repères chemise à manches courtes sur une photo de famille de 2014, un peu plus tard tu notes une faute d’accord dans un post sur le football, sport que ton ouverture d’esprit refuse de prendre en considération. Avec ces trois défauts, tu entreprends un exercice de relaxation, dans lequel tu projettes une relation future toi, ses chemises moches, sa passion pour le foot et sa dyslexie. Quelques minutes plus tard, rien. Pas de demi-molle à l’idée de repasser ses chemises devant un match de coupe de France, ni de frissons quand tu t’imagines passer la corbeille de pain à belle-maman (repérée sur la photo de 2014 et guerre plus rassurante qu’un maton). Vos merveilleux enfants, que tu pensais éduquer avec des jouets Montessori se retrouvent soudainement à se partager les crottes de nez en hurlant des gros mots dès l’âge de 2 ans.
C’est une évidence : Voldemort est un gros naze et tu mérites bien mieux. Dans ta tête, votre relation existe depuis 10 ans déjà, et tu te dois au plus vite de mettre un terme à cette histoire ! Tes copines sont fières de leur boulot, elles viennent de t’aider à garder la face… 5 minutes… car c’est justement le moment qu’à choisi Voldemort pour prendre de tes nouvelles… et celui ou, soyons honnêtes, tu lui réponds discrètement sans rien dire à tes copines…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s